Cyanobactéries

Tous les lacs de Brome-Missisquoi, soit la baie Missisquoi, le lac Brome, le lac Bromont, le lac Davignon et le lac Selby, ont eu des problèmes de prolifération d’algues bleu-vert, appelées aussi cyanobactéries. La problématique dans la baie Missisquoi et au lac Brome sont connues et étudiées depuis des décennies.

Les cyanobactéries sont des algues microscopiques, qui prolifèrent généralement à la chaleur lorsque l’eau est trop fertilisée. Lors de ces «blooms» de cyanobactérie, l’eau à la surface du lac peut ressembler à une soupe au brocoli ou à un déversement de peinture. Si vous observez ce phénomène, il faut le signaler à la direction régionale de la Montérégie du MDDEFP au 450-928-7607 ou par courriel : monteregie@mddefp.gouv.qc.ca

Afficher la suite

Les toxines libérées par plusieurs types de cyanobactéries constituent un risque réel pour la santé humaine. Lorsque leur concentration est trop élevée, la consommation d’eau et les activités nautiques sont interdites. Pour en apprendre plus sur les toxines et les risques pour la santé, visiter le site de Santé Canada: http://www.hc-sc.gc.ca/ewh-semt/water-eau/drink-potab/cyanobacteria-cyanobacteries_f.html. Mettre le lien sur le texte

Cette situation est particulièrement problématique pour les municipalités où les activités de baignade et les activités nautiques dans les lacs sont régulièrement interdites et celles qui s’approvisionnent à partir d’eau de surface. D’importants investissements ont d’ailleurs été effectués pour traiter les cyanobactéries dans les usines de filtration d’eau à Cowansville, Farnham ainsi qu’à Bedford/Saint-Armand.

Il importe donc de diminuer l’apport de nutriments (principalement le phosphore) vers les cours d’eau et les lacs sur l’ensemble du territoire. Pour limiter les sources de phosphore, il importe de s’assurer que les installations septiques et les réseaux d’épuration des eaux usées municipaux soient performants, d’utiliser des produits nettoyants sans phosphates, de ne pas mettre de fertilisants dans les rives et de ne pas fertiliser les pelouses et les cultures agricoles plus que nécessaire.

L’essentiel du phosphore qui entre dans les cours d’eau est cependant diffus et associé aux particules de sol lessivées par les pluies. Il faut donc conserver des bandes riveraines d’une largeur suffisante, à l’état le plus naturel possible, et de prévenir l’érosion des sols, surtout lorsqu’ils sont mis à nu lors de travaux divers.


Pour plus d’infos sur les cyanobactéries (Liens utiles)

Visionnez la vidéo sur les cyanobactéries :